Reclusion
DISCOGRAPHIE :
 
Reclusion- 1999

 

Reclusion



 

Style: Dark-hip-hop
References: Scorn
Decembre 99 - 8 Titres - 43'

Nouveau venu chez Lytch, le nantais de Reclusion fait preuve d'une maturité étonnante.

Il impose un Dark-hip-hop saisissant.
Un travail a partir de rythmiques indus-techno-hip-hop entrecoupées de plages sombres et spaciales.
Reclusion fait preuve d'une véritable personnalité, un sens de la rythmique hypnotique, un travail souterrain de la mélodie (guitare et flutes) comme si le meilleur de Scorn rencontrait la mélancolie de Cure.

TITRES
Seuil / Descente / Fracture / Une autre aberration / Reclusion / Relique / Qu'en est-il? / Terminaison


pour écouter

Chronique (Jean-François Micard)
Si les mots de dub industriel vous évoquent un tant soit peu quelque chose, il semble évident qu'un nom revient sans cesse dans ce contexte, celui de Scorn.
Référence ultime et indépassable pour beaucoup, ennemi à abattre pour d'autres, le projet de Mick Harris a tant fait pour la définition du genre qu'un nouveau groupe voulant oeuvrer dans ce domaine doit se positionner pour ou contre lui. A l'écoute de ce premier album anonyme, il semble bien que Reclusion ait choisi son camp. Son dub lourd et profond évoque ce que Mick Harris a fait de mieux, renour avec une période où, de Colossus à Gyral, basses telluriques et rythmes filtrés s'entremêlaient étroitement pour générer des atmosphères marquantes. Claustrophobe à souhait, Reclusion fait vrombir les basses, résonner les percussions et laisse à des nappes étouffées le soin d'assurer la densité nécéssaire. C'est froid, poignant, profondément dépressif et pourtant terriblement attirant, comme ce piano qui n'en finit plus de mourir ("Descente) et nous entraîne plus loin dans l'agonie à chacune de ses convulsions. Le jour où scomien de voudra plus rien dire, Reclusion pourrait bien à son tour devenir la référence ultime.
En attendant...