DISCOGRAPHIE :
 
  Daemonia Nymphe website

 

 

GHOST FISH
L. John-Krol & D. Nymphe

Digipack



Prik089

 

Genre: Cold wave, ambiant...
Reférences : Lush, Birthday Party, Siouxsie and the Banshees, Louisa John Krol
Sortie : le 27 Avril 2005 - 10 Titres - 43'

Un poisson fantôme pourrait jaillir des flôts comme une sirène envoûtante. La sirène, c'est une fois de plus LOUISA JOHN-KROL. Elle nous ensorcelle avec ses mélodies émouvantes, elle surplombe tout l'album de sa classe féérique. L'orchestration s'articule autour d'un rock cold Wave élaboré. Batterie traffiquée (low-fi), percussions rondes, guitares brumeuses... Triaridis, le producteur s'est inspiré de Birthday Party, Neubauten, Mogwai, Siouxsie... Les choeurs et les mélodies de DAEMONIA NYMPHE rajoute une dimension mythologique et énigmatique à l' album...
Découvrez une nouvelle Odyssée...

B, cigar of the red king, D.D.L.M, a candle in the sea, the lonely king, skin meadow, kik, tangaroa, outside, inside, ...


MP3 : Cigar of the red king

MP3 : Tangaroa


Commander CD

Ecouter l'album et télécharger "équitable"

mp3Achat CD :

Chronique du fantastique.net :

Quand on tient entre les mains le fruit d'une collaboration entre la formation archéo-folk grecque Daemonia Nymphe, la fée australienne Louisa John-Krol et Nikodemos Triaridis, ingénieur-son de Daemonia Nymphe, on sait, avant la toute première écoute, qu'on s'apprête à découvrir une œuvre exceptionnelle, nommée en l'occurrence Ghostfish.
L'album Love Sessions, qui réunissait notamment Louisa John-Krol et Daemonia Nymphe, avait déjà montré combien leur entente artistique était excellente. Elle est ici d'autant meilleure qu'elle est pleine de surprises. En dehors de quelques plages ("b" et "Tangaroa" pour Louisa et "The Lonely King" pour Daemonia Nymphe), on est loin des univers habituels des protagonistes. Il est probable que Nikodemos Triaridis, à la guitare et à la basse, mais aussi à la signature musicale de la majorité des titres et à surtout à la production, soit à la base de l'esprit rock hanté qui fait écho, tout au long de la plaque, aux mélopées aériennes. La paire "Inside" – "Outside" en est le meilleur exemple.
Les guitares électriques et la batterie se taillent en effet une place de choix, aux côtés des familiers violon, flûte, mandoline et autre contrebasse, comme sur "Cigar of the Red King" et son ambiance blues rock veloutée ou le western rock "D.D.L.M."
Sur des textes de légendes dont elle a le secret, Louisa John-Krol explore des registres vocaux inédits ("Cigar of the Red King"), sublime son chant (le très beau "A Candle in the Sea"), ou combine les deux pour le fabuleux "Skin Meadow", rock lancinant et ravageur co-écrit avec son époux, le poète Mark Krol.
Un nouveau monde est né... Frédéric Cotton - Mai 2005

Chronique de Audiometal.com:

Louisa John Krol est à l’émotion ce qu’Eole est aux vanesses… Un guide, une entité qui porte l’insaisissable, légère et insouciante, jusqu’à l’envol suprême. Ainsi, elle a rejoint le ban de poissons fantôme, prête à sillonner des contrées jusque là mal explorées.
Tout comme Dante sur la barque du passeur, Ghost Fish, projet réunissant notre icône du Faery Voices, des membres de Daemonia Nymphe et Nikodermos Triaridis ( et s’éloignant vraiment des styles respectifs !) , traverse le cours imprévisible de la musique et nous emmène à ses côtés, pour un voyage riche en émotions diverses. C’est d’ailleurs ce point qui est la graine mère de ce sublime album. Se déclinant en 11 titres tous aussi merveilleux et étonnants les uns que les autres, le projet Ghost Fish peut prétendre devenir un album culte dans le monde si prolifique du Goth et de ses déclinaisons.
Présentée à tort et à raison comme du rock wave, la tendance musicale offerte ici est loin de n’être qu’une étiquette fixe. En effet, on vogue sur des flots émotionnels, passant par des expérimentations de voix absolument divines dignes d’une Andrea Haugen (« b ») à des audaces musicales anachroniques qu’on aurait pu voir figurer dans la discographie de Lou Reed. Aussi, après une entrée en matière presque instrumentale, l’on respire l’odeur doucereuse du cigare du roi rouge, chanson qui soulignerait sans surprise la pellicule décalée de Tarantino. Bluesy, jazzy, la musique et la voix se font velours, rappelant la mélodie gospel de Let My People Go. Ce côté « oldy » se retrouve dans D.D.L.M., véritable hommage au rock des années 60/70, guitare électrique style Western Eastwood, roulés de batterie typiques du genre, violons stridents et voix céleste qui poussent à l’évasion radicale. Un enchantement.
Et la petite bougie dans la mer vient donner sa lumière timide à travers la tradition John-Krol. Voix intimiste sur des cordes classiques, la chanson est un bijou de sensations pures et viscérales. Encore une autre destination, un autre voyage entre mélancolie et exaltation. Le violon de Thodoris Gotsis prend aux tripes, et l’on voudrait que le temps s’arrête… juste pour ressentir ce qui nous échappe au quotidien : la beauté des choses simples.
Et sous les pieds défilent d’autres somptueux chemins… « The Lonely King », ou la mélancolie d’un roi dont le règne s’éteint, « Skin Meadow », où le son de la voix rappelle le travail spécifique mené sur la voix de Portishead, « kik » et ses percussions entraînantes, « Tangaroa » et ses caresses sonores à la Caprice, « Outside » et ses sonorités psychédéliques et étrangement lancinantes, comme une traversée intérieure, « Inside », réponse jazzy/bluesy/trip-hop à « b », basse profonde et vibratoire, un soupçon de Pink Floyd deviné dans la musique. Une jouissance réelle, qui se poursuit sur « … » le titre le plus énigmatique de l’album.
Amoureux des sensations nouvelles, de Daemonia Nymphe et de Louisa, fermez les yeux, et laissez-vous transporter aveuglément… Le voyage n’est jamais fini… Même lorsque le onzième titre aura égrené sa dernière note. C’est même à ce moment là qu’il commencera vraiment.
Asphodel… médusée par le poisson fantôme… Asphodel

Interview:
GHOST FISH

Lorsque la poétesse heavenly australienne Louisa John-Krol rencontre le duo de dark-folkeux grecs Daemonia Nymph, flanqués de leur ingénieur du son Nikodemos Triaridis, cela donne Ghost Fish. Cette improbable entité triangulaire vient de commettre un premier album éponyme foisonnant qui surprend d’emblée par ses sonorités rock et organiques, bien loin des habituelles compositions de ses membres respectifs.


Comment vous êtes-vous tous rencontrés ? Est-ce par le biais de votre label commun Prikosnovenie ?
Spyros Giasafakis : Oui, nous nous sommes rencontrés il y a environ trois ans quand nous avons enregistré le projet Love Sessions pour Prikosnovenie. Louisa est ensuite venue nous rendre visite en Grèce. C’est là qu’on lui a présenté Nikodemos.


Considérez-vous Ghost Fish comme un side-project à part entière ou comme une collaboration ponctuelle juste pour le fun ?
Durant ces dernières années, on a eu l’occasion de travailler de nombreuses fois avec Louisa et on a saisi l’opportunité d’enregistrer un album ensemble. Nikodemos est l’ingénieur du son de Daemonia Nymph et il est également musicien. Mon idée était de nous rassembler tous sur ce projet pour que nous y confrontions nos techniques.
Nikodemos Triaridis : Je ne pense pas que Ghost Fish devienne un side-project, déjà pour des raisons pratiques : il y a un océan entier entre Louisa et nous ! Mais j’espère qu’on aura quand même l’occasion de collaborer de nouveau et surtout de tourner ensemble. D’autant qu’en fait, on aurait de la matière pour faire un deuxième album. D’ailleurs, le dernier morceau de Ghost Fish est constitué de ce qui pourrait être le début de son successeur, c’est pourquoi on ne lui a pas donné de nom car ça serait comme baptiser quelque chose qui n’existe pas encore.

Comment avez-vous travaillé pour cet album ? Qui a fait quoi ?
Chacun de nous a apporté ses idées et parfois des morceaux complets, mais nous avons aussi beaucoup écrit et composé en studio tous ensemble.
Louisa John-Krol : Les deux maîtres mots de l’album sont adaptation et expérimentation. Adaptation d’anciens morceaux, comme pour “ Candles in the Sea ”, initialement écrit par Evi Stergiou, et pour laquelle j’ai écrit de nouvelles paroles en anglais. Pour d’autres, on a improvisé comme ça nous venait. Un certain nombre de morceaux ont été composés par Evi et Spyros antérieurement à Daemonia Nymph ou à ses tous débuts et ont fait l’objet d’une complète relecture.


Louisa, ton mari, Mark Krol, semble avoir participé à Ghost Fish. De quelle façon ?
Mark a co-écrit les paroles de “ Skin Meadow ”. il ne m’a pas accompagnée en studio et n’a pas eu l’occasion de rencontrer Daemonia Nymph, mais il aime tout ce qu’il a écouté d’eux et de Nikodemos et est enchanté par le résultat de notre collaboration. Quant à la suite du processus créatif de “ Skin Meadow ”…Quelqu’un m’a placé une guitare entre les mains et il y a eu subitement toute cette énergie qui a déferlé en moi :"Those legions of sleeping moons / Lay regions of a silver platoon: / Rain on pages, melting notions / Washing debris away - My skin meadow for you!"


Pouvez-vous nous parler des thèmes de cet album ?
La thématique de Ghost Fish réside, selon moi, dans le jeu des contrastes émotionnels : isolation / ouverture, séparation / réunion, oubli / mémoire. En tant que contraste des vivants, les fantômes deviennent alors de possibles habitants de ce que nous appelons la réalité.
Spyros : Le thème du fantôme m’évoque toutes les choses que j’ai aimées et laissées derrière moi. La combinaison du fantôme et du poisson est quelque chose d’un peu incongru, à l’image de nos morceaux.


Ghost Fish diffère beaucoup musicalement de vos travaux respectifs , notamment dans le sens où il est bourré de guitares électriques et de batterie. Etait-ce une volonté en amont ou la résultante de votre travail en commun ?
Louisa : C’est vrai que ça n’a rien à voir avec ce que j’ai l’habitude de faire, mais je n’ai pas d’explication, à part citer Walt Whitman : “ I contradict myself…I contain multitudes ”.
Nikodemos : Ca s’explique par le fait que cet album est le reflet d’une forte identité. Il faut aussi prendre en compte le fait que j’ai un background musical très différent de celui de Louisa ou de Daemonia Nymph, même si j’aime énormément ce qu’ils font. Je n’aurais pas pu co-écrire des morceaux dans lesquels je ne me serais pas reconnu. Je pense que ça a justement été une bonne opportunité pour eux de faire quelque chose de différent de ce dont ils avaient l’habitude.


Nikodemos, tu as choisi un son low-fi très particulier pour cet album. Dans quel but ?
Comme je le disais, j’ai une culture musicale différente de celle de Louisa et D.N. et j’ai notamment beaucoup aimé toute la mouvance 4AD. J’aime de nombreux groupes atmosphériques et heavenly contemporains, mais j’ai un problème avec la façon dont ils sonnent. Je suis fatigué d’entendre les mêmes arrangements plats, la même logorrhée de nappes de synthés et l’utilisation des mêmes samples à longueur de temps. Pour Ghost Fish, j’ai imaginé une fusion entre la voix éthérée de Louisa et les chansons lyriques de Daemonia Nymph avec une approche “ post-moderne ” plus expérimentale des arrangements et du son. Pour moi, Ghost Fish se situe quelque part entre Cocteau Twins et Birthday Party, Bauhaus et la post-scène d’aujourd’hui : Mogwai, God Speed You...Je pense que l’opposition d’une belle mélodie chantée par une voix unique et d’un mur de sons principalement industriels, froids et sombres donne un résultat tout particulièrement intéressant. Par ailleurs, Louisa et Daemonia Nymph m’ont laissé carte blanche pour toute la partie son et semblent ravis du résultat, même si je pense que ça ne va pas plaire à tout le monde.


Que signifie le titre “ D.D.L.M ” ?
Ce sont les initiales de “ Dia De Los Muertos ”, le jour des morts. C’est la célébration mexicaine de la mort.


Quelques mots sur “ The Lonely King ” et “ Cigar of the Red King ” ?
Spyros : “ The Lonely King ” est une chanson en forme de conte de fée qui raconte l’histoire d’un roi tombé amoureux de la Nature.
Nikodemos : Quant à “ Cigar of the Red King ”, je ne sais pas si c’est un conte de fée, mais je suis sûr que les paroles sont venues à Louisa à force de nous voir fumer à longueur de journée dans le studio !


Louisa, quand ton dernier album Alabaster est sorti, tu envisageais de te lancer dans un side-project electro-dance. C’est toujours d’actualité ?
Oui, tout à fait. Nous avons fini d’enregistrer toutes mes parties vocales en Australie l’été dernier et ce projet est en ce moment même en train d’être mixé en Allemagne par Mathias Grassow, Carsten Agthe et Dirk Schlomer de Stella Maris / Das Zeichen. Il va sonner très electro-dark pop.


D’autres projets en vue ?
Je suis actuellement en train de préparer mon cinquième album. A côté de ça, je prête ma voix sur différents albums. J’ai fait des vocaux pour deux CD ambient avec Oophoi et Ashera et j’ai participé au nouveau Ikon qui va sortir incessamment.


Et toi Spyros, quelle est ton actualité et quels sont tes projets dans et en dehors de Daemonia Nymph ?
J’ai sorti un album solo sous mon propre nom chez Cynfeirdd. En ce qui concerne Daemonia Nymph, Palace of Worms devrait prochainement sortir Daemonia Nymph Remixed qui, comme son titre l’indique est un CD de remixes du groupe par Von Magnet, Beefcake, Mimetic Mute, Supermarket(Alfa P.), Nikodemos, Dani Joss, Basilis, Peekay Tayloh…Sinon, je m’apprête à entrer en studio avec Evi pour enregistrer le prochain Daemonia Nymph et je travaille en parallèle à mon deuxième album solo. A suivre, donc.


Enfin, quels sont les albums qui vous ont révélé votre vocation ?
Louisa : Pour moi, c’est la pochette de Little Queen de Heart. En la regardant, je n’arrêtais pas de me dire que ça devait être magique de voyager à travers le monde comme une bohémienne.
Spyros : En ce qui me concerne, ce sont les disques de The Heartthorbs, de Lush et de Curve qui m’ont donné envie de monter mon propre groupe.


Propos recueillis par Sabine Moreau de Elegy

 

DISCOGRAPHIE :
Louisa John-Krol :
1996 : Argo
2000: Alexandria
2002 : Ariel (prikosnovenie)
2003 : Alabaster (prikosnovenie)

Daemonia Nymphe :
2004: The bacchic dance of the Nymphes - Tyrvasia (new edition)
2002 : Daemonia Nymphe- Prikosnovénie
2000: Tyrvasia mcd
1998: The Bacchic Dance of the Nymphs LP

Spyros Giasafakis :
2004 - Improvisation in Ancient Greek instruments (MCD)
LOVE SESSIONS (Daemonia Nymphe - Louisa John-Krol – Gor - Lys)
2002 – Love Sessions