DISCOGRAPHY :
antrabata dark and bright
Elephant Reveries - 2007
:: Myspace ::

antrabata

 
 
ANTRABATA Dark & Bright
cd antrabata
Prik135. Oct 2009

Ref : Portishead, Radiohead, Morcheeba, Talvin singh...
Genre : Electro, trip-hop....

“Antrabata enroule son auditeur dans une ouate feutrée, pour un voyage intérieur dans les paysages de l’intime, avec ses lumières contrastées et souvent vacillantes. La qualité de production et de composition surprend, rappelant de grands groupes londoniens de downtempo comme Portishead ou Morcheeba. A l’instar des ces groupes, de superbes envolées de violons, associées à des tablas ou la flûte traversière vous emmènent dans des rêves orientaux.
Antrabata est avant tout une voix, celle de Femke Lavrijssen, une voix qui transperce avec une simple guitare, une voix rassurante et porteuse d’espoir. Nous continuons l’aventure Antrabata avec un grand plaisir. Ce nouvel album nous a séduit par l’incroyable qualité des mélodies et des instrus de Régis Aubert. Antrabata est au niveau des grands de l’électro trip-hop !” Arnö


11 tracks : 1  Echoes 2 Toward the dark 3 Chameleon of today 4 Dark and bright 5 Copy and paste 6 We rise 7 Fight your dragon 8 One day after 9 Knowing a smile 10 What if 11 Homesick

  Chameleon of today

Dark and bright

One day after


commander antrabata Commander CD
 


   

Prik107 - CD
Design album : Sabine Adélaïde
Ref : Portishead, Radiohead, Björk, Tom Waits...
Genre : Electro, trip-hop....
12 Tracks

Le trio parisien vous invite dans un voyage doux, mélancolique et exotique. Des rythmiques trip-hop à la Portishead, Boards of Canada, des basses rondes, cotonneuses à souhait, une flûte lunaire, un violoncelle, des guitares folk ou électriques, des sitars tissent les ambiances chamarrées du groupe. Partagés entre une culture anglo-saxonne et des rêves de voyages en Inde ; comme Rajna, Antrabata réussit à faire son propre miel en transmettant ses vibrations de bien-être. La voix de Femke, enchanteresse, vient se poser avec délicatesse sur ce tapis d'orchestrations, elle vous transporte dans un imaginaire mélancolique et vous donne le goût de souvenirs cachés. Énigmatique et mystérieux, ce premier album fait du bien comme une balade printanière dans la Nature.

12 TRACKS: Please repeat after me - You and me - Pinpoint - White elephant - Miss encyclopedia - Bar song - Venice - Painful bliss - Antrabata - Kaleidoscope - Summer optimism - Mirror song (voor Tom)


MP3 : Please Repeat After Me

MP3 : Bar Song

MP3 : Painful Bliss

MP3 : Kaleidoscope

Commander CD

Ecouter l'album et télécharger "équitable"

Achat MP3 Achat MP3 :

Video Clip :

 
  Vous aimez, vous aimerez :

Maple Bee

Misstrip

 
Chronique : Les Inrocks 07-07

 


Fenec :

"Trio parisien composé de Femke Lavrijssen (chant, textes), Delphine Delahaye (flûte) et Régis Aubert (tout le reste, soit guitares éléctriques/ acoustiques, violoncelle, mandoline, sitar, contrebasse, percu...), Antrabata est une formation musicale que l'on pourrait classer dans la case trip-hop. Mais un trip-hop extrèmement varié qui ferait sans cesse d'innombrables allez-retours entre la musique anglo-saxonne et la culture indienne. Quelque part entre Portishead, Boards of Canada, Björk et Talvin Singh (c'est dire la largeur du spectre), Antrabata dont le nom signifie "voyage", mélange allègrement mélodie pop, arrangements éléctroniques soyeux et sonorités world music pour un savoureux métissage musical influencé par "les arbres, les montagnes, l'océan et le ciel" dixit leur page myspace ; et dont l'essence se retrouve sur le tout premier album, Elephant reveries"

"Elephant reveries..., où l'invitation à un périple musical "panoramique et scintillant" au pays des Indes, signé Antrabata. Ambiances brumeuses, rythmiques lancinantes, typiquement trip-hop, violoncelle discret, mélodies sensuelles portées par des vocalises suaves et une flûte envoûtante, "Please repeat after me" nous plonge dès les premières secondes dans l'univers musical si particulier d'Antrabata. Elephant reveries, un disque riche de mille nuances sur lequel se cotoient sitar, cordes, basse, sampler, guitares et flûtes, pour créer une musique aux couleurs sans cesse changeantes ("Pinpoint"). Transcendant. Une voix douce et feutrée à situer entre Dido et Anneke Van Gisbergen (The Gathering), des envolées instrumentales titillant habilement l'imaginaire, un socle éléctronique qui sait se faire le plus discret possible pour ne pas perturber la belle harmonie de l'ensemble. Des influences orientales omniprésentes (l'instrumental "White elephant"), le trio francilien quitte le domaine du trip-hop pour rejoindre un temps les contrées plus éloignées de la world music. Instrumentations lénifiantes mais soyeuses, voix enchanteresse, éléctro milimétrée ("Miss Encyclopédia", "Bar song"), Antrabata maîtrise son sujet et nous fait survoler des paysages aussi exotiques que merveilleusement imagianires. Se livrant à l'exercice de la ballade, le groupe livre une folk-song aux arrangements complexes mais qui s'entremêlent sans jamais rencontrer le moindre obstacle ("Venice"). C'est également ça la force d'Antrabata, faire jaillir la complexité sans jamais dérouter. Nourrir ses mélodies fragiles et douceureuses de petites touches éléctro ou post-classiques inventives et subtiles, avec une délicatesse infinie ("Kaleidoscope"). Jamais à l'abri d'un changement de style soudain, le trio fait prendre un virage presque free-jazz à sa musique avec l'étonnant "Painful bliss". Sur un socle trip-hop classieux, ce huitième morceau se permet quelques incursions complètement décomplexée vers un univers destructuré aux règles, un temps, assouplies. Retour à une musique plus sensible, féérique, "Summer optimism" dévoile tranquilement ses apparats et prolonge la douce quiétude d'une fin d'après-midi ensoleillée. Parfait pour admirer un coucher de soleil. On évoque Portishead, Craig Armstrong, Boards of Canada, on pensera surtout qu'à l'écoute de cet Elephant reveries, Antrabata a trouvé sa propre voie musicale, à la croisée des genres, avec une classe étonnante."
AURELIO

 

Interview:
ANTRABATA

Que veut dire ANTRABATA ?
Delphine : Je crois que pour nous tous, c'est un mot qui inspire le voyage, l'aventure, l'escapade rêveuse vers un pays lointain, quelque part vers l'Inde.

Présentez-nous les membres d'ANTRABATA.
Delphine : Je me souviens d'une fois, nous être comparé à un arbre. Régis aura été le tronc, solide, avec des racines bien ancrées dans le sol. Régis se caractérise comme terrien hobbit, grand amoureux des montagnes qui l'inspirent tant. Femke aurait été la sève et les branches gorgées de feuilles et de vie, qui puise son énergie et son inspiration dans les arbres, les forêts. Moi, j'aurai été le petit oiseau qui vient se poser sur les branches en sifflotant gaiement la tête dans les nuages, inspirée par mes nombreux voyages...

Que cherchez-vous à exprimer par la musique ?
Femke : En un seul mot : l’espoir. En plusieurs phrases : nourrir la boule-de-neige de la positive énergie. Je crois sincèrement que si, pendant un concert ou en écoutant l’album, il y a quelques gens qui passent un bon moment, et rentrent chez eux ou reprennent leurs activités plus ‘zen’ qu’avant et avec l’âme souriant en se souvenant de l’intensité de ce qu’ils ont entendu, on aura tout gagné...

Que racontent les textes ?
Femke : C'est très varié. J’ai écrit ‘Pinpoint’ pour essayer de décrire mon besoin de ‘moments d’éternité’, pour tromper le temps qui passe trop vite. (Monter sur scène, c’est ça !! C’est la chose la plus intense que je connaisse, mais voyager, pour se réinventer loin de ses repères habituelles, marche bien aussi).‘Kaleidoscope’ propose l’hypothèse que ‘la vérité’ n’existe pas en tant que telle. À mon avis, il y A toujours plein de vérités différentes, selon les personnes et les circonstances. C’est justement cette osmose qui crée la vie. Je fais référence à l’attentat sur les Twin Towers (A scyscraper’s nothing to giant eyes, and that’s how these planes could crash into two towers), parce que je pense que le fanatisme commence par la croyance en une vérité absolue. Pour moi, l’ouverture d’esprit et la tolérance sont des ‘valeurs’ essentielles.

Quels artistes vous ont nourris ?
Femke : La liste est longue... Pour leurs voix et leurs textes : Tori Amos, Eva Cassidy, Rickie Lee Jones, Joni Mitchell, mais aussi Skin, Beth Gibbons, Tom Waits, Jeff Buckley, Astrid Seriese, etc. Pour la musique : Portishead, Orange Blossom (!), Massive Attack, Radiohead, Deus, Björk…etc...

Quels sont vos centres d'intérêts hors de la musique ?
Régis : Ma fille, mes ami(e)s, le dessin, l'écriture, les forêts, et la montagne.


Que ressentez-vous à l'idée de sortir un premier album nationalement et internationalement ?
Régis : Beaucoup d'émotion et d'excitation à l'idée que notre musique, en nous échappant, puisse trouver son public. J'espère que cette rencontre aura lieu car j'aimerai pouvoir donner une suite à cette belle aventure.

DISCOGRAPHIE :
2007 : Elephant Reveries (prikosnovenie)